Qui finance le comité Miss France ?

Miss France est un concours de beauté destiné à des Françaises qui sont âgées de plus de 18 ans et mesurant 1,70 m au minimum. Il s’agit du plus ancien concours de beauté du monde. Son comité est instauré par Guy Lévy et présidé par Geneviève de Fontenay. Comme de nombreux autres comités, Miss France est aussi financé mais par qui ?

Marque, société et comité Miss France

Le comité Miss France est une filiale de la société de production audiovisuelle Endemol France. Cette société de production est chargée de la production et de l’organisation du concours, de même que de la sélection des Miss régionales depuis 2010. Elle produit et organise également l’émission de l’élection tout en gérant l’image et la marque Miss France.

Lire également : 4 astuces pour gagner au jeu de casino aviator

Sa directrice générale est Sylvie Tellier, la Miss France 2002 et Geneviève de Fontenay n’est que la présidente de l’association. De plus, le comité Miss France est une association qui chapeaute les comités régionaux et fournit toutes les candidates pour l’émission.

Depuis 2002, l’élection est produite par la société Endemol, qui a racheté les droits de Miss France pour une grosse somme de 5 à 6 millions d’euros. Il faut noter que cette somme peut représenter deux années de droits payés par la TF1 à Endemol pour la diffusion de l’élection.

A découvrir également : Quelles sont les missions d'un expert finance en entreprise?

Quelles sont les dépenses prises en charge par les contribuables ?

Chaque année, 30 Miss régionales sont départagées et la société de production Endemol prévoit une soirée magique au Zénith pendant 7 jours afin d’élire la Miss France. Le montant aurait donc été partagé entre la société de production, la Métropole européenne, ainsi que la région Hauts-de-France.

Ainsi, parmi les dépenses prises en charge par le contribuable, on note principalement les frais de restauration des Miss régionales et de leur accompagnant, pendant tout leur séjour. Aussi, une grande salle de répétition au palais Rameau, plus deux magnifiques salles de cocktail, la mise à disposition du Zénith et de son parking sont pris en charge par la région Hauts-de-France. En effet, cette région a prévu de réduire la facture en faisant appel à des sponsors.

Par ailleurs, si la production s’est chargée de financer tout le voyage d’intégration des Miss régionales et leur séjour, c’est le contribuable Nordiste qui prendra en charge le passage des reines de beauté. En effet, les 30 Miss et leurs 12 accompagnants résideront un bon bout de temps dans un hôtel 4 étoiles, petits déjeuners inclus. À noter qu’en 2018, la Voix du Nord avait révélé que la grande partie du financement du comité Miss France venait des collectivités locales. Aussi, le maire aurait donné une somme de 150 000 € à la société Miss France pour l’organisation de la soirée.

Comment le comité Miss France collecte-t-il des fonds ?

Le comité Miss France a besoin de fonds pour financer l’organisation de la soirée. Effectivement, le coût total peut s’élever à plusieurs millions d’euros. Pour cela, il existe quelques méthodes pour collecter des fonds.

Tout d’abord, les principales sources de revenus du comité sont les sponsors. Ils apportent une aide financière non négligeable et permettent notamment de baisser les dépenses prises en charge par le contribuable Nordiste.

Le comité organise un certain nombre d'événements tout au long de l'année pour récolter des fonds. Parmi ceux-ci figurent notamment des ventes privées organisées dans différents lieux prestigieux, mais aussi la vente aux enchères lors du gala Balzac ou encore lors d'expositions-ventes chez Christie’s à Paris.



Aussi, chaque année depuis 2015, se déroule un gala caritatif destiné principalement à soutenir des projets associatifs en faveur des enfants malades ou défavorisés. La grande soirée est ainsi parrainée par Sylvie Tellier et reçoit divers sponsors qui y participent financièrement pour aider cette noble cause.



Depuis plus de 20 ans maintenant, ce concours rassemble un grand public avec une audience télévisuelle impressionnante, mais aussi avec une forte influence sur internet grâce aux réseaux sociaux où il reste très suivi et commenté pendant plusieurs jours après chaque finale régionale jusqu’à l’élection nationale.

Les polémiques autour du financement du comité Miss France

Bien que le financement du comité Miss France soit majoritairement couvert par les sponsors et différents événements organisés tout au long de l'année, certains s'interrogent sur la participation des contribuables à cette organisation. Depuis plusieurs années, des voix s'élèvent pour dénoncer une prise en charge publique de certains frais liés à l'élection. Effectivement, selon un article publié dans Le Monde en 2018, le Conseil régional de la région Hauts-de-France avait alloué une subvention d'un montant important pour soutenir l'organisation de la finale nationale qui a eu lieu dans cette région. Cette subvention avait suscité un tollé auprès de nombreuses personnes qui se sont indignées que des fonds publics soient utilisés pour ce type d'événement.

Cette polémique a aussi ravivé les critiques concernant les stéréotypes véhiculés par ce genre d'élection ainsi que sur le coût réel de celle-ci. Certains ont accusé le comité Miss France d'être obsolète et misogyne, soulignant que ces concours participaient à la perpétuation des normes esthétiques oppressives envers les femmes sans parler du manque flagrant de diversité culturelle ou ethnique.

En réponse aux critiques formulées contre elle depuis quelque temps maintenant, notamment suite aux accusations portées contre Harvey Weinstein, Sylvie Tellier, la directrice générale, a affirmé sa volonté d’effectuer quelques changements afin de moderniser l'image du concours sans toutefois remettre en cause son essence même. Elle souhaite mettre davantage en avant les personnalités des candidates plutôt que leurs corps et accorder plus de place à leur parcours professionnel.

Si le financement du comité Miss France reste encore relativement opaque, il est certain que les débats autour de cette organisation ne sont pas prêts de s'éteindre.